Court-Saint-Etienne réunit les trois vallées de la Dyle, la Thyle et l’Orne. La Thyle et l’Orne ont conservé leur caractère naturel, tout comme la Dyle depuis son entrée dans la commune jusqu’à la Cala.
L’Orne se jette dans la Thyle, au niveau du parc du château de Court-Saint-Etienne. La Thyle se jette dans la Dyle derrière le Foyer Populaire. La Dyle traverse Ottignies, Wavre, Louvain et Malines et mélange ses eaux avec la Nèthe pour former le Rupel, affluent de l’Escaut.
La qualité des eaux de nos cours d’eau s’est considérablement améliorée depuis 2000, en raison de la création de nombreuses stations d’épuration, à Mont-Saint-Guibert, Villers-la-Ville, Sart-Messire-Guillaume, Bousval, Genappe, Sart-Dame-Avelines, … Le service public a rempli sa mission. Reste aux citoyens à remplir la leur en se raccordant aux collecteurs nouvellement mis en place.

Carte des cours d’eau non navigables

La Dyle

Copyright Trigalet
Accès à la fiche du CRDG (2005)

La Dyle prend sa source à Houtain-le-Val puis traverse Genappe avant de rejoindre Court-Saint-Etienne. Son parcours total de 86 km l’emmène jusqu’à Malines.
Sur le territoire de Court-Saint-Étienne, la Dyle a conservé son état naturel depuis son entrée sur la commune jusqu’à la confluence avec la Cala.
Ses berges naturelles y sont, de manière générale, bien préservées, voire même de bonne qualité. Le site naturel le plus intéressant est constitué par le bois de Noirhat et les Plantées des Dames.
Puis la vallée devient très urbanisée : la Dyle serpente entre
l’avenue des Combattants et la rue du Pont de Pierre puis la rue François. Ensuite elle passe sous l’avenue de Wisterzée avant de recevoir les eaux de la Thyle et de traverser le nouveau quartier de Court Village. A l’époque des Usines Emile Henricot, cette dernière partie de la Dyle était entièrement souterraine, sous les bâtiments industriels.
A Court-Saint-Etienne, la Dyle a pour affluent le ruisseau de la Cala à proximité du terrain de football, puis la Thyle dont le débit est beaucoup plus important, derrière le Foyer Populaire.
C’est la confluence de la Dyle et de la Thyle qui posent des problèmes de crues. En vue de diminuer cet impact, une zone de rétention de crue a été créée sur la Thyle, à proximité du viaduc de la RN25 à Suzeril.

La Thyle prend sa source à proximité du village de Sart-Dames-Avelines sur les hauteurs de Villers-la-Ville. Elle traverse ensuite Villers-la-Ville centre, Tangissart, Faux et enfin Court-Saint-Étienne où elle se jette dans la Dyle, après avoir reçu les eaux de l’Orne dans le parc du Château de Court-Saint-Étienne. Le parcours total de la Thyle est de 16km.
La Thyle traverse de nombreux sites naturels préservés, à tel point que sa vallée a été classée Natura 2000. Entre Faux et Suzeril, le sentier de la Gloriette ( S103) permet de la longer, dans son parcours le plus sauvage, qui bénéficie d’un classement encore plus qualitatif: site de grand intérêt biologique.
Avant d’arriver à La Roche-Tangissart, la Thyle s’auto-épure en traversant un grand massif boisé et en réceptionnant les eaux de bonne et de très bonne qualité de plusieurs petits affluents: le Ry Saint-Bernard, le Ry Pirot, le Ry SainteGertrude et le Ry Saint-Jean-Baptiste. Ces ruisseaux font figure d’exception à l’échelle du bassin de la Dyle. Leur qualité s’explique par leurs parcours forestiers où ils ne subissent pas de pollution.

L’Orne

L’Orne au moulin de Beaurieux

Accès à la fiche du CRDG (2005)

L’Orne prend sa source sur le territoire de Corroy-le-Château (Gembloux). Elle traverse les villages de Cortil, Noirmont, Chastre, Blanmont, Mont-Saint-Guibert et Beaurieux sur un parcours de 18 km. Les eaux de l’Orne se jettent dans la Thyle à hauteur du parc du château de Court-Saint-Étienne.
La qualité des eaux de l’Orne à Court-Saint-Étienne est plutôt bonne grâce à la station d’épuration de Mont-Saint-Guibert et à l’apport des eaux de bonne qualité du Ry de Beaurieux et du Ry Glorie, petit affluent forestier de l’Orne.
Le parcours de l’Orne est jalonné par différents sites naturels dont le plus intéressant est situé à Court-Saint-Étienne. Le parc boisé du château et les étangs du Champeau, entourés de prairies humides, forment un site naturel classé, de même que les bois vallonnés de Franquenies et de Laussau (site privé).